Sommet des Brics : Un nouveau bloc est-il en train d’émerger pour rivaliser avec le leadership américain ?

De gauche à droite, le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, le président chinois Xi Jinping, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le premier ministre indien Narendra Modi et le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov.
De gauche à droite, le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, le président chinois Xi Jinping, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le premier ministre indien Narendra Modi et le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov.

Par Samantha Granville

  • Role,BBC News
  • Reporting fromJohannesburg

Le président chinois Xi Jinping a qualifié d'”historique” l’expansion annoncée du club des économies émergentes des Brics, qui regroupe cinq pays, mais il n’est pas encore certain que les intérêts communs de ces pays s’étendent à l’infini.

La croissance des Brics “renforcera la force de la paix et du développement dans le monde”, a déclaré le président chinois en s’adressant aux dirigeants réunis dans un centre de conférence à Johannesburg, hub commercial de l’Afrique du Sud.

Les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sont souvent considérés comme un contrepoids au monde occidental.

Les six nouveaux pays – l’Argentine, l’Égypte, l’Iran, l’Éthiopie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – devraient les rejoindre en janvier.

La Chine est le pays qui a le plus insisté sur l’expansion du groupe pour contrer la domination occidentale.

“Ce que les Chinois proposent, c’est un ordre mondial alternatif dans lequel les autocrates peuvent se sentir en sécurité dans leur propre pays”, explique le professeur Tsang.

“Ils peuvent trouver une autre direction de développement sans avoir à accepter les conditions imposées par les puissances démocratiques américaines et européennes.

Construire un partenariat

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, hôte du sommet, était rayonnant lorsqu’il a annoncé les nouveaux membres.

“Nous apprécions l’intérêt des autres pays à construire un partenariat avec les Brics”, a déclaré M. Ramaphosa.

Il a ajouté que d’autres pays rejoindraient les Brics à l’avenir, une fois que les pays membres se seront mis d’accord sur les critères d’adhésion.

Mais cette fois-ci, les avis sont partagés sur le nombre de pays qui devraient être autorisés à adhérer et sur la rapidité de cette adhésion.

Une conférence de presse des dirigeants était prévue pour mercredi, après que des rumeurs eurent couru sur l’adhésion de cinq pays, mais elle a été annulée à la dernière minute.

Le président brésilien Luiz Inácio Lula Da Silva ne s’est pas présenté au dîner des dirigeants de mercredi.

Nous ne savons pas exactement pourquoi, mais il est très soucieux de maintenir les liens avec ses alliés occidentaux et s’est montré pointilleux sur les admissions.

Puis, tard dans la nuit de mercredi à jeudi, les journalistes ont reçu une note leur annonçant une conférence de presse matinale le lendemain , qui a été à nouveau retardée de deux heures. Il s’agissait là de signes indiquant que les discussions étaient en cours jusqu’à la dernière minute, puisqu’un sixième pays a été ajouté à la surprise générale.

Lors de la conférence de presse, les dirigeants de chaque pays ont pu réagir individuellement à la nouvelle.

Vladimir Poutine s'est adressé au sommet par liaison vidéo

CRÉDIT PHOTO,GETTY IMAGES

Légende image,Vladimir Poutine s’est adressé au sommet par liaison vidéo.

Le président russe Vladmir Poutine s’est joint à la réunion par liaison vidéo depuis la Russie en raison du risque d’être arrêté pour des crimes de guerre présumés en Ukraine.

Dans ses remarques, il s’en est pris une fois de plus aux puissances occidentales, affirmant que leur “néolibéralisme” constituait une menace pour les valeurs traditionnelles des pays en développement et pour l’émergence d’un monde multipolaire dans lequel aucun pays ou bloc ne dominerait.

Sans citer de noms, il était clair que le président Poutine parlait des États-Unis.

Et bien que la superpuissance n’ait pas participé à la réunion, les États-Unis ont été évoqués, ou référencés, à plusieurs reprises.

Mardi, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a tenté de minimiser les projets d’expansion du bloc.

Il a déclaré qu’en raison des divergences de vues des pays des Brics sur des questions essentielles, il ne voyait pas les Brics “se transformer en une sorte de rival géopolitique des États-Unis ou de qui que ce soit d’autre”.

Et il a peut-être raison.

Parmi les six nouveaux membres, aucun n’est considéré comme un État anti-américain, selon Sarang Shidore, directeur du programme Global South à l’Institut Quincy de Washington.

“Je pense que le message est qu’il s’agit d’un ensemble diversifié de pays, aucun d’entre eux n’est un proche allié des États-Unis, un allié officiel, deux ou trois d’entre eux seront des adversaires des États-Unis. Mais plus généralement, il ne s’agit pas d’un groupe d’États antiaméricains”, a-t-il déclaré à la BBC.

Les États-Unis ne peuvent pas fixer toutes les normes

Néanmoins, l’expansion des Brics représente un changement.

“Il ne s’agit plus d’un monde où les États-Unis peuvent fixer toutes les normes ou diriger toutes les institutions. Cela ne fait aucun doute. Mais un remplacement ? Non, je dirais qu’il s’agit davantage d’une complémentarité que d’un remplacement qui se profile à l’horizon”, a ajouté M. Shidore.

Ainsi, pour un groupe qui dit apprécier et respecter les opinions de chacun, personne n’a peut-être gagné ou perdu. Il s’agissait simplement d’une rencontre diplomatique avec des concessions mutuelles.

M. Poutine n’a pas été arrêté et, grâce aux technologies modernes, la Russie était toujours représentée.

La Chine a obtenu son grand projet d’élargissement.

L’initiative du Brésil en faveur d’une monnaie commune est prise au sérieux.

L’Inde a été perçue comme essayant d’équilibrer son amitié avec l’Amérique.

Enfin, l’Afrique du Sud a accueilli une réunion réussie, sans retombées publiques.

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 796 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France