Les dirigeants africains poussent pour obtenir des sièges permanents au Conseil de sécurité de l’ONU

“Il est essentiel que tous les États africains restent vigilants et parlent d’une seule voix afin de ne pas laisser d’autres pays et régions profiter de l’Afrique”, déclare le président de la Guinée équatoriale.

“Les pays africains doivent maintenir une position commune dans leur demande de sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations unies”, a déclaré vendredi le président de la Guinée équatoriale.

M. Obiang Nguema Mbasogo a déclaré que le continent africain réclamait ce siège depuis 2005, mais qu’il n’avait pas réalisé de progrès significatifs dans la réalisation de ses aspirations légitimes.

Il est nécessaire que le continent africain “renouvelle et revitalise son action en vue de corriger l’injustice historique dont il souffre, car il est le seul continent à ne pas être représenté au Conseil de sécurité de l’ONU”, a déclaré M. Nguema lors d’un sommet du Comité des dix de l’Union africaine (C-10) qui s’est tenu en Guinée équatoriale.

La réunion de La Paz a rassemblé des chefs d’État et de gouvernement ainsi que des représentants des Nations unies et des agences de l’Union africaine, dans le but de définir une position commune sur les réformes du Conseil de sécurité de l’ONU.

“Il est essentiel que tous les États africains restent vigilants et parlent d’une seule voix afin de ne pas laisser d’autres pays et régions profiter de l’Afrique en formant des alliances pour atteindre leurs propres intérêts en devenant membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies”, a déclaré M. Nguema.

Il a souligné la nécessité d’accélérer les réformes du Conseil de sécurité afin d’assurer “une représentation équitable de l’Afrique par l’élargissement de sa composition”.

Le C-10 de l’Union africaine a été créé en 2005, avec pour mandat principal de présenter, de défendre et de solliciter le soutien de la position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité.

M. Obiang Nguema Mbasogo a déclaré que le continent africain réclamait ce siège depuis 2005. Photo : Reuters

L’Assemblée générale des Nations unies a entamé des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité lors de sa 63e session en 2009.

Le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Chine et la Russie.

Il compte également des membres non permanents, dont les postes sont occupés à tour de rôle.

Actuellement, l’Afrique est représentée par le Mozambique, le Gabon et le Ghana.

M. Nguema a encouragé ses homologues à poursuivre leurs efforts jusqu’à ce que les aspirations du continent au sein du Conseil de sécurité soient réalisées.

“Je tiens à souligner une fois de plus l’importance d’adopter, lors de ce sommet, une nouvelle stratégie qui nous permettra d’aller de l’avant dans ce processus, afin d’atteindre l’objectif de l’Afrique d’obtenir une représentation équitable dans les sièges permanents et non permanents”, a-t-il déclaré.

Le sommet devrait aboutir à une position commune africaine dans la quête de deux sièges permanents au Conseil de sécurité, avec droit de veto, et de deux sièges supplémentaires dans la catégorie des non-permanents.

AA
mm
A propos CARMEN FEVILIYE 803 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France