Union Africaine : L’Avenir de 1,3 Milliard d’Africains face aux cruciales questions sécuritaires et alimentaires

Par Driss Senga – Geoafricapress

Les Dirigeants africains qui se préoccupent de l’avenir du continent se retrouvent en sommet annuel au siège de l’organisation à Addis-Abeba, en vue d’approfondir la réflexion et prendre des résolutions sur les différentes crises tant sécuritaires qu’alimentaires qui sévissent en Afrique et qui exposent la vie de 1,3 milliard d’habitants.

Alors que le continent fait face à de nombreux défis de développement, des situations préoccupantes bloquent toujours l’avancée de l’Afrique.  La grande  rencontre d’Addis-Abeba à laquelle prend part M. Dénis Sassou N’Guesso, President du Congo Brazzaville, aux côtés de ses homologues dirigeants africains et d’autres institutions internationales, traite des questions liées à la persistance des conflits armés au Sahel et sur la Corne de l’Afrique, à la crise alimentaire, aux effets désastreux des sécheresses et des inondations qui ont déjà occasionné plus de 44 millions de déplacés en 2022, soit une hausse de 15 % par rapport à l’année précédente (source des Nations unies).

Il en est de même pour l’évolution des combats à l’Est de la République démocratique du Congo, entre le M23 et les forces armées congolaises (FARDC) et de la question sécuritaire au Mali, au Burkina Faso, en Guinée et au Soudan, où l’on a noté la persistance des coups d’État entre 2021 et 2022.

Après les ravages causés par la pandémie à Covid-19 entre 2019-2021, et les conséquences de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, une crise alimentaire s’est déclarée à travers un monde déjà exposé aux conditions météorologiques extrêmes, imputables au changement climatique qui frappe déjà plusieurs parties du continent africain.

Parmi les solutions préconisées, les dirigeants souhaitent ardemment que l’Afrique cesse de faire le lit de tous les phénomènes qui détruisent les économies déjà fragiles du continent.

Ainsi, il y a nécessité accrue d’accélérer la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlec) dans ce continent qui comptera bientôt environ 2 milliards d’habitants dans trois décennies contre  1,3 milliard de personnes actuellement. L’Afrique  est en voie de  devenir le plus grand marché mondial avec un PIB combiné de 3 400 milliards de dollars, selon les sources onusiennes.

Une autre variante en terme de solution serait  d’obtenir le soutien financier des États-Unis, des membres de l’Union africaine et de l’Union européenne.

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 812 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France